Lecture (S) estivale(S).....

Publié le par Hortensia

  022926555d155c5a52d8eef500db576f-300x300

A l'assaut du Khili-Khili


Auteur : William Ernest Bowman

traduit de l'anglais par Jean Rosenthal

Éditeur : Rivages, Paris

Collection : Littérature étrangère Série humoristique

Résumé

Sept montagnards et leurs 3.000 porteurs yogistanais se lancent avec bravoure et témérité dans l'ascension du plus haut sommet du monde, le méconnu Khili-Khili qui culmine à 13.000 mètres d'altitude. Un roman d'aventure satirique sur l'alpinisme.

 

Quatrième de couverture

«Quand vous vous balancez désespérément au bout d'une corde de trente mètres, il est important de savoir que l'homme qui se trouve à l'autre bout est un ami.» On connaît l'Everest et l'Annapurna, mais qui sait que le plus haut sommet du monde est en fait le Khili-Khili ? Découvert pendant la Seconde Guerre mondiale par des aviateurs alliés qui estimèrent son altitude à plus de 13 000 mètres, il fut l'objet d'une première mission de reconnaissance britannique en 1947 emmenée par le valeureux Totter. Son rapport d'expédition décrivait le Khili-Khili comme un sommet extrêmement difficile, voire périlleux, mais dont l'ascension n'était pas totalement impossible. C'est une équipe de sept hommes, sept montagnards aguerris, qui se lance alors dans l'aventure : outre le chef de l'expédition, qui nous narrera cette épopée, on y trouve un guide (perpétuellement perdu), un médecin (perpétuellement malade), un interprète (perpétuellement incompris des autochtones), tous grands amateurs de spiritueux, ainsi que trois mille porteurs yogistanais fortement portés sur la renégociation de leurs prestations. À l'assaut du Khili-Khili, on l'aura compris, passe à la moulinette de l'absurde tous les poncifs héroïques du récit d'expédition en montagne, avec une efficacité rarement égalée dans l'art de la parodie. Un chef-d'oeuvre méconnu de l'humour anglais.

 

« Le train endiablé auquel les porteurs avaient taillé les marches les avait tous épuisés me confièrent-ils. ».

« Il nous faudrait désormais considérer leur force brutale et leur endurance comme un des dangers inhérents aux ascensions dans le Yogistan. »

 

Mon avis personnel :

Dévoré en une journée, beaucoup d’humour, attention au cuisinier….Comme quoi la cuisine ne rime pas toujours avec plaisir....

Publié dans Livres pour Ama

Commenter cet article